Aviation américaine des années 50/60

Aviation américaine des années 50/60

Vietnam Phantom Phlyers

Le McDonnell Phantom II, au début des années 60, est censé remplacer à la fois le F-8 Crusader, intercepteur rapproché avec canons, et le F3H-1 Demon, intercepteur équipé de missiles.


Lorsqu'en Avril 1965, la situation en Asie du Sud-Est devient "chaude", les groupes aériens opérant à partir des porte-avions de l'US Navy comprennent deux escadrons d'interception chacun (VF), le F-4 Phantom II équipant la majorité d'entre eux. Seuls trois groupes, ceux du Midway, Kitty Hawk et Coral Sea, ont encore un de leurs deux escadrons équipés en F-8 Crusader. Cette mixité sera abandonnée en 1966.


Le Phantom est muni d'un système d'armes, associant radar et missiles à longue portée AIM-7 Sparrow et AIM-9 Sidewinder. Comme le regretteront les Phantom Phlyers et Pherrets, le F-4 n'a pas de canon, en fonction de la théorie qui prévaut à l'époque. En effet, ce système est prévu dans un contexte de guerre froide, où il s'agit de tirer le plus vite et le plus longrtemps à l'avance des grosses cibles volant droit, les bombardiers stratégiques soviétiques. Les combats aériens en Asie Sud-Est démontreront vite que face un MiG manoeuvrant et offrant une plus petite cible, le missile, surtout avec les nombreux problèmes techniques et les performances diminuées dans de nombreuses conditions (météo, altitude, etc), n'est pas la panacée. D'autant plus qu'à cette époque, le dogfight ne s'enseigne plus guère dans les escadres américaines.


Comme le souligne John Nash, ex-pilote de F-4 et instructeur à la Weapon Fighter School (Top Gun), "un Phantom à 500 pieds derrière un bogey est TOTALEMENT inutile sans un canon".


Une autre caractéristique du F-4 est sa paire de moteurs J79, qui crachaient une longue trainée noire de gaz d'échappements. Les pilotes vietnamiens en tirèrent vite profit pendant l'opération Rolling Thunder, en conduisant des attaques précises sur les formations de F-4. Une solution pour diminuer cette trainée était de voler au minimum de puissance. "Ce qui n'est guère malin en territoire ennemi", soulignèrent certains pilotes, comme Jim Ruliffson.


Le Phantom fut le premier avion de combat de l'USN à être monté par un équipage de deux hommes: le pilote et le Radar Interceptor Officer (RIO). Ce dernier avait toujours la tête baissée dans le cockpit, s'occupant du radar et de l'armement en engagement à longue distance. Mais dès que le combat devenait rapproché, le pilote était heureux de pouvoir compter sur une paire d'yeux en plus derrière son dos. L'USAF mettait un jeune pilote junior sur le siège arrière, qui devint un WSO (Weapons Systems Operator) plus tard dans le conflit, alors que la Navy formait des NFO (Naval Flight Officer) non pilotes, entrainés spécialement à la navigation et à l'emploi du radar.


Le VF-74 "Be-Devilers" a l'honneur de devenir la première unité opérationnelle équipée du Phantom F-4B, en 1961.



Les VF-41 "Black Aces" et VF-84 "Jolly Rogers" du CVW-7, groupe aérien embarqué sur le USS Independence, sont des unités de Phantom F-4B de la flotte Atlantique. En 1965, le PA participe à une croisière dans le Pacifique Ouest et aux opérations dans le Golfe du Tonkin, à partir de la mythique Yankee Station. Cinq Phantom seront perdus du fait de la DCA nord-vietnamienne, trois du VF-84 et deux du VF-41.


Quelques souvenirs d'un RIO ayant servi dans ces deux unités, de 1963 à 1966.


 

 

Le VF-84 au complet, en 1965 sur le pont du CVA-62 independence, devant le 206 et ses marquages de nombreuses missions au-dessus du Nord-Vietnam


 

 

 

 

9 Avril 1965, 8h03, Yankee Station (Golfe du Tonkin). Deux F-4B du VF-96 "Fighting Falcons" ("Showtime 603", pilote: Cdr William Fraser, CO; RIO: Lt(jg) Christopher Bilingley; "Showtime 610": Lt Don Watkins  et Lt(jg) Charles Hayes) sont catapultés à partir de l'USS Ranger, pour une mission BARCAP (Barrier Combat Air Patrol). Le troisième (pilote: Lt Cdr William Greer, RIO: Lt(jg) Richard Bruning) est victime d'une panne  moteur aux deux tiers de la catapulte et tombe à la mer. L'équipage n'a que le temps de s’éjecter et est récupéré. Le quatrième Phantom ("Showtime 602", pilote: Lt(jg) Terry Murphy, RIO:Ens. Ronald Fegan) décolle sans problème. Le spare (avion de remplacement en alerte), avec à son bord Lt Howard Watkins Jr (pilote) et Lt(jg) John Mueller (RIO), est à son tour catapulté. Tentant désespérément de rejoindre "Showtime 602", Watkins et Mueller entendent soudain le pilote du 602 annoncer: " Three in the con" ("Trois traînées").


Trois MiG-17 chinois venant de l’île de Hainan, située à quelques dizaines de miles, ont été détectés en approche du CVA-61 Ranger et les Phantom ont été déroutés vers la menace. L'annonce n'a été faite que lorsque le visuel a été acquis sur les MiG.


Encore loin de leur leader, Watkins et Mueller sont attaqués par un quatrième MiG. L'écart entre les deux Phantom de la patrouille, du au "cat shot" tragique de leurs collègues et au délai de catapultage qui s'en est suivi, fait que les deux Phantom doivent maintenant combattre seul chacun de leur côté, au moins jusqu'à ce que la première paire puisse les rejoindre. En effet, William Fraser et Don Watkins ont été appelés à la rescousse par le Ranger. 


Au moment où "Howie" Watkins et Mueller sont coiffés par le quatrième MiG, Murphy annonce qu'il tire. Dans la mêlée qui s'en suit, chacun lutte pour soi. Watkins voit un MiG-17 argenté exploser et tomber au loin, et un message radio annonce: "Good shooting, who got him?" ("Joli tir, qui l'a eu?"). Murphy est entendu par un autre équipage, annonçant: "Out of missiles, RTB" ("Plus de missiles, retour à la base"). Néanmoins, lorsque les Phantom se rejoignent au point de rendez-vous, il manque "Showtime 602". 


Terence Murphy et Ronald Fegan ont disparu en combat aérien ce 9 Avril 1965. Malgré les recherches sur zone, aucune trace d'eux n'est retrouvée. C'est le premier équipage de Phantom à disparaître en mission au Vietnam, mais aussi très certainement les premiers américains à remporter une victoire en combat aérien pendant cette guerre. Cependant, s'agissant d'un MiG chinois, elle sera gardée secrète. Il faudra attendre le 17 Juin suivant pour annoncer la première victoire contre un MiG nord vietnamien, par le VF-21 "Freelancers".


Le contrôleur d'interception du CIC du Ranger (Combat Information Center) a bien détecté sur son écran "Showtime 602" s'éloigner de Hainan, puis aussitôt un second écho juste derrière. L'instant d'après, le premier écho a disparu soudainement. Le rapport officiel mentionne qu'à 9h05, Murphy et Fegan sont manquants au rendez-vous avec les autres Phantom.


Le rapport du VF-96 mentionne: "Showtime 603" (Fraser) et 610 (Don Watkins) sont en station, respectivement à 40000 et à 35000 pieds. A 8h55, "603" voit passer un MiG de gauche à droite, à environ six miles. A cinq miles, le pilote accroche l'ennemi avec son radar Westinghouse AN/APQ-72, et le RIO verrouille un missile dessus. "603" amène de trente degrés vers la droite, pendant que le RIO passe en mode MAP (Multiple aim Point) et que le pilote amène le blip dans le cercle ASE (Allowable Steering Error).  A trois miles, Fraser tire un AIM-7 Sparrow. Ce dernier, bien que Fraser ait maintenu le verrouillage sur la cible, n'accroche pas et passe loin en dessous du MiG.


Conservant son verrouillage, le pilote du "603" passe en mode IR et poursuit visuellement sa cible, en s'en rapprochant. A un mile et demi, il entend la tonalité du verrouillage missile dans son casque, indiquant que le Sidewinder à guidage infrarouge a verrouillé le MiG devant lui, en léger virage gauche. Il tire un second missile, mais le MiG vire brutalement et dégage à gauche, nez bas. Le Sidewinder passe à environ cinquante pieds et rate l'ennemi. Plus tard, Fraser déclarera que son missile aurait du pouvoir intercepter la cible, mais qu'il n'a pas viré aussi brutalement que le MiG, sans doute à cause de l'altitude.


"Showtime 603" trouve un autre MiG à 47000 pieds, le verrouille à douze miles, perd le contact et le retrouve à sept miles. L'équipage tire un second Sparrow sur le MiG qui vole droit devant, mais le moteur ne s'allume pas et le missile tombe à la mer. 
"Showtime 610" fait la même expérience de son côté, aussi frustré que son leader.


"Notre première attaque débuta aussitôt que les MiGs furent en visuel à cause des traînées. Nous les observâmes sur notre radar avec un angle de 45 degrés gauche, à dix-huit miles, et commençâmes un virage à babord pour avoir une trajectoire de collision sur eux. A ce moment, je mis le commutateur d'armement sur "Arm" (armé). Le missile tribord fut armé mais la lampe témoin du gauche resta éteinte. Ils (les MiG) virèrent vers nous, et le combat s'engagea. Nous selectionâmes l'échelle '10 miles' . A huit miles, le témoin ‘A portée » s’alluma, puis se mit à clignoter à cinq miles. Nous tirâmes le Sparrow du pylône sept. Le pilote le sentit partir, mais nous ne pûmes le voir, même en secouant l’avion à gauche et à droite. Le missile est sûrement tombé sans s’allumer."


« Showtime 610 » prononce une autre attaque contre un MiG, acquis sous un angle de 10 degrés gauche, à six miles, en virage droit. Virant sec à tribord pour suivre le MiG, « 610 » tire un missile, qui tombe également sans s’allumer. L’équipage du Phantom serre son virage et arrive dans les sept heures du MiG. Un Sidewinder est sélectionné, le ton est bon dans les écouteurs, le missile est tiré. Mais comme le Sparrow, son moteur ne s’allume pas.


Choisissant aussitôt un autre Sidewinder sur le pylône de l’aile gauche, le pilote fait feu sur le MiG, qui vient d’enclencher sa PC. Le missile n’accroche pas sa cible et passe au large. Un dernier tir est effectué à partir du pylone droit, mais là encore, le moteur du missile ne démarre pas.
Les chinois revendiquèrent la victoire sur le Phantom II, expliquant plus tard que « Showtime 602 » avait été descendu pendant qu’il tournait devant le MiG, qui avait pu le prendre dans son viseur. Mais une autre hypothèse est que le F-4 a pu être abattu par un des AIM-7 tirés par les américains, ce qui se produisit plusieurs fois durant la guerre.


L’incident de l’île de Hainan fut l’occasion du premier « MiG kill » de la guerre (bien que non reconnu officiellement pendant très longtemps pour ne pas froisser la Chine) et certainement  de la première perte américaine due à un MiG. Le type de MiG qui aurait descendu Myrphy et Fegan reste aussi un mystère. Certains pensent qu’il pouvait s’agir d’un MiG-19 ou 21, arrivant à grande vitesse derrière le Phantom et l’abattant avec un missile IR.


Bien que n’ayant pas fait l’objet d’une grande publicité, cet incident eut un impact sur les équipages de Phantom de la Navy. Il montrait le problème fondamental du F-4 se frottant avec un MiG en combat rapproché. De plus, le faible degré de fiabilité des missiles américains était également mis en évidence, problème qui allait être récurrent tout au long de la guerre, aussi bien pour les Phantom de la Navy que pour ceux de l’USAF.


(Librement traduit du livre de la série Osprey Combat Aircraft n°26: USN F-4 Phantom MiG killers 1965-1970)





08/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres